Inspection du travail pluridisciplinaire


En application du Plan Santé au travail 2005-2009, sept premières cellules régionales d’appui ont été créées au sein de l’Inspection du travail. La création de sept autres cellules est prévue début 2006 et la couverture totale du territoire nationale en 2007. Les cellules pluridisciplinaires, composées d’ingénieurs et de médecins du travail, apporteront leur aide aux contrôleurs et inspecteurs dans la préparation des plans régionaux et dans l’élaboration des plans de contrôle sur l’amiante et d’autres CMR. Elles peuvent également accompagner les entreprises dans leur démarche de prévention.

pas de commentaire

Les dix risques physiques émergents


Les changements dans l’organisation du travail et dans les méthodes de production induisent de nouveaux types et de nouvelles combinaisons de risques professionnels. Les problèmes multifactoriels de santé et de sécurité au travail constituent une préoccupation croissante.Les risques professionnels considérés comme émergents sont des risques la fois nouveaux (ou changeants) et croissants.

L’Observatoire des risques, crée par l’Agence européenne pour la sécurité et santé au travail, a publié recemment son rapport concernant les risques physiques émergents. Il s’agit des risques suivants:
- manque d’activité physique sur le lieu de travail;
- exposition combinée aux vibrations et aux positions forcées;
- exposition combinée aux vibrations et un travail impliquant une charge musculaire élevée;
- vulnérabilité des travailleurs de faible niveau aux risques thermiques (par exemple, travail dans les serres);
- exposition combonée aux TMS et des facteurs de risque d’ordre psychosocial;
- risques multifactoriels (par exemple, travail dans les centres d’appel);
- inconfort thermique;
- complexité (des nouvelles technologies, des processus de travail, de l’interaction homme-machine) augmentant la charge mentale et emotionnelle;
- protection insuffisante des groupes risque (travailleurs agés ou peu qualifiés) contre les risques ergonomiques long terme;
- accroissement de l’exposition aux rayons UV.

pas de commentaire

Nouveaux essais pour les filtres de protection respiratoire


Les études menées par des experts et notamment par l’INRS, ont démontré que certains types de filtres de protection respiratoire contre les particules perdent de leur efficacité au fur et mesure du temps d’utilisation.
Les appareils de protection en question sont ceux-ci basés sur la filtration électrostatique. Ces masques sont utilisés largement dans les métiers du bâtiment, dans les industries chimique et agroalimentaire et dans l’artisanat (boulangerie, réparation automobile). Dans les conditions réelles du travail la performance de certains filtres chute rapidement avec le temps. Ce phénomène peut avoir des conséquences importantes pour la santé des utilisateurs.
C’est pourquoi la conformité des filtres la norme EN 149 n’est plus considérée comme suffisante.
Un avis aux fabricants, importateurs, distributeurs, organismes notifiés et utilisateurs , publié dans le Journal officiel le 28 septembre 2005, décrit un nouveau protocole d’essais pour établir les niveaux de filtration pour les aérosols solides et liquides. Les filtres dont l’efficacité diminue pendant l’essai, ont la durée d’utilisation 8 heures maximum. Ils deviennent donc jetables ( usage unique). Le fait que les essais complémentaires ont bien été réalisés doit être mentionnée dans la notice d’utilisation.

pas de commentaire