Comment agir face aux RPS “risques psycho-sociaux” ? (loi du 6 aout 2012)

Que dit la loi ?
La loi du 6 août 2012 relative au harcèlement sexuel donne une définition plus précise mais également plus large du délit de harcèlement sexuel. Elle aggrave les peines maximales encourues et réprime les discriminations commises à l’encontre des victimes de harcèlement sexuel. Enfin, elle renforce la prévention du harcèlement sexuel dans le monde professionnel. L’objectif est clair : prévenir ce délit, encourager les victimes à dénoncer rapidement les faits et l’entourage à témoigner des faits de harcèlement qu’il constate et sanctionner le délit plus lourdement.

La méthodologie d’une démarche de prévention des risques psychosociaux se construit à partir d’étapes qui ont chacune leur importance et doivent être adaptées aux caractéristiques et à la taille de chaque entreprise.
Si la démarche est engagée « à chaud » sur une situation de risque avérée, elle devra prendre en compte le nécessité d’apporter une réponse adaptée au contexte particulier avant de revenir à la démarche globale exposée ici.
On peut distinguer les 5 étapes suivantes :
1. Engagement de la direction sur des objectifs et des moyens, association des partenaires sociaux, du service de santé au travail, information des salariés
L’enjeu de la démarche est tel que, si elle est conduite de façon rigoureuse et en accordant une place prépondérante au dialogue social, les implications qui s’en suivent ont, dans des proportions variables, un impact sur l’organisation du travail et les moyens qui peuvent le cas échéant y être consacrés. Dès lors, on touche aux prérogatives de la direction. Il est important que par son engagement initial, celle-ci exprime auprès des salariés et des partenaires sociaux la portée qu’elle entend lui donner.
Les partenaires sociaux sont représentés par les organisations syndicales et doivent être invités, lorsqu’ils sont présents au sein de l’entreprise, à définir les modalités de leur participation à l’évaluation des risques psychosociaux. Elle peut prendre la forme d’un accord collectif de groupe, d’entreprise ou d’établissement, ou d’un plan d’action concerté.
Dans tous les cas les instances représentatives du personnel devront être consultées aux différentes étapes de la démarche dans le cadre de leurs prérogatives respectives. En leur absence, il appartient à l’employeur d’organiser la participation des salariés sans lesquels aucune action de prévention ne peut trouver de portée effective.
Les services de santé au travail, et le médecin du travail en particulier, seront un acteur incontournable de la démarche.
2. Recueil d’indicateurs : étape de pré diagnostic
Les « indicateurs » sont, selon la définition retenue par la norme ISO 8402, « des informations choisies, associées à un phénomène, destinées à en observer périodiquement les évolutions au regard d’objectifs périodiquement définis. »
En matière de risques psychosociaux, les indicateurs sont de plusieurs nature et sont liés :
soit au fonctionnement de l’entreprise (temps de travail, horaires atypiques, congés non pris, mouvement du personnel, absentéisme, formation, évolution des rémunérations…)
soit aux relations sociales (tensions, conflits identifiées, fonctionnement des institutions représentatives du personnel…)
soit à la santé et la sécurité des travailleurs (accidents de travail, maladies professionnelles, signes de malaise, activité du service de santé au travail et notamment visites médicales à la demande…)
Leur recueil, et leur analyse (par unité de travail ou par métier) se font avec l’appui des services de santé au travail et le point de vue des partenaires sociaux. Leur suivi dans le temps permet d’avoir une vision évolutive et d’en faire des outils d’alerte.
3. Evaluation des sources ou facteurs de risques psychosociaux : étape de diagnostic
L’enjeu de cette étape est d’identifier les éléments qui sont source de stress pour les salariés dans les situations de travail et généralement appelés « facteurs » de stress. Cette étape est indispensable parce qu’elle permet de comprendre sur quels facteurs il est important d’agir pour réduire, voire supprimer les sources de stress des salariés sans empiéter sur leur vie privée.
Ils peuvent être regroupés en 4 grandes familles de facteurs de risques :
Les exigences du travail et son organisation : degré d’exigence au travail en matière de quantité, pression temporelle, qualité, complexité, vigilance et concentration requises ; injonctions contradictoires ; autonomie dans le travail : prévisibilité, marge de manœuvre procédurale ; exigences émotionnelles : relations avec le public, contact avec la souffrance, peur au travail
Le management et les relations de travail : nature et qualité des relations avec les collègues, les supérieurs : soutien social, reconnaissance, rémunération, justice organisationnelle ;
La prise en compte des valeurs et attentes des salariés : utilisation et développement des compétences, conciliation entre vie professionnelle et vie hors travail, conflits d’éthique ;
Les changements du travail : conception des changements de tous ordres, nouvelles technologies, insécurité de l’emploi, restructurations …
Le diagnostic peut être construit à partir de données quantitatives (questionnaires si les volumes d’effectifs le rendent pertinent) auxquelles on prendra soin d’associer des données qualitatives (questions ouvertes, entretiens, observations de terrain…) Les données qualitatives sont un complément indispensable, qui enrichit et contribue à la pertinence des résultats chiffrés.
4. Elaboration d’un plan d’action comportant des mesures concrètes :
La restitution du résultat de l’étape de diagnostic permet d’identifier les pistes d’amélioration qui vont construire le plan d’actions de prévention. On distingue trois natures d’actions de prévention selon qu’elles ont vocation à agir sur l’organisation du travail, apporter un appui aux personnes, ou prendre en charge les personnes en souffrance :
a. Actions visant à supprimer ou réduire le risque à la source et par conséquent impactant l’organisation du travail : organisation de l’environnement physique, procédures, charge, temps collectifs, relation avec le public, amplitude de travail ; analyse en amont des changements, restructuration et mesure de leur impact sur les organisations et les personnes, circuit d’information précoce… ou prévention primaire.
b. Actions visant à réduire ou limiter le risque en donnant des outils aux personnes pour faire face à un risque : formation des salariés sur les situations de travail susceptible de les confronter à des formes de violence ; formation des managers sur la compréhension et l’appropriation de leur rôle au regard des situations de travail, mais aussi mise en place de procédures d’alerte… ou prévention secondaire.
c. Actions de réparation des effets des risques qui n’ont pas pu être évités : analyse, réparation des dysfonctionnements, des conflits ; organisation de la prise en charge des personnes en souffrance ; suivi, accompagnement lors de la reprise… ou prévention tertiaire.
Les actions visant à modifier l’organisation du travail sont primordiales : elles sont de nature à agir sur les déterminants du travail et contribuent à sa qualité.
Le plan d’action ne saurait donc se limiter à de la prévention secondaire (formation, cellule d’écoute) ou tertiaire (réparation). Il doit investir les 4 familles de facteurs de risques et proposer des réponses construites avec les partenaires sociaux, le service de santé au travail sur les trois champs de la prévention dont le premier doit concentrer l’essentiel des décisions. C’est en cela que l’on peut parler d’une démarche de prévention globale, partiaire et pluridisciplinaire.
5. Organisation du suivi du plan avec transcription et mise à jour du document unique d’évaluation des risques (DUER).
Le DUER rend compte des étapes précédentes : identification (indicateurs) évaluation (facteurs de risques) et actions retenues (plan d’action), dans une présentation qui est proposée par l’entreprise. Elle doit faciliter le suivi et la mise à jour au minimum annuelle du DUER et être compréhensible pour les salariés qui ont accès au document ainsi que les représentants du personnel qui seront régulièrement consultés sur son contenu et son évolution.
Les outils présentés de PREVALYS peuvent aider à construire la démarche d’évaluation des risques psychosociaux. N’hésitez pas à contacter notre service dédié au 09 64 41 52 47.

pas de commentaire

La Société PREVALYS


Intervenant en Prévention des Risques Professionnels, la société Prevalys intervient dans vos entreprises afin de rédiger vos Documents Uniques selon le décret 2001-1016 du 5 novembre 2001. Ses consultants établissent des plans de prévention afin de vous permettre de diminuer les risques auxquels sont soumis vos salariés. Ainsi, vous agissez pour abaisser le nombre d’accidents du travail. Le Document Unique devient votre outil de progrès.

Un commentaire

Faire vivre son Document Unique


Grâce l’outil informatique de la Société PREVALYS, vous pouvez consulter vos Documents Uniques via Internet et l’aide d’un mot de passe qui vous est propre.
Vous gérez ainsi vous-même votre plan d’actions en intégrant les actions préventives réalisées par vos soins. Vous assurez vous-même l’évolution de votre plan d’actions en prévoyant les responsables et les dates de réalisation des actions que vous souhaitez mettre en œuvre.
La mise jour annuelle (obligatoire) est ainsi réalisée au fur et mesure.

pas de commentaire

Comment est réalisé un Document Unique?


Le Document Unique est le résultat de l’évaluation des risques effectuée auprès de vos salariés. Il permet de mettre en évidence les risques encourus par votre personnel (par la détermination de la fréquence et de la gravité). L’évaluation se fait en tenant compte du travail réellement effectué comme formulé dans la Circulaire du 18 avril 2002.
Notre démarche pour l’évaluation des risques s’inscrit selon ce schéma:
-détermination du nombre d’unités de travail.
-entretien avec chaque salarié (détermination de différentes tâches effectuées).
-visite sur site (explication des tâches, fréquence…).
-rédaction du Document Unique ( hiérarchisation de chaque risque observé en tenant compte de la fréquence et de la gravité, Plan de Prévention regroupant toutes les préconisations associées chaque risque)

Un commentaire